A cette époque je travaillais dans une entreprise allemande spécialisée dans la quincaillerie architecturale et le patron de la partie poignées de porte a fait bouger les limites de la réflexion de la profession en matière de création de produit.

Il a misé aussi sur la médiatisation de son programme pour assurer à l'entreprise une reconnaissance quasi unanime de ses partenaires. Il a invité certains tenors de la décoration, du design et de l'architecture à repenser le dessin, la fabrication et l'ergonomie de la poignée de porte.

Des créateurs comme Alessandro Mendini, Hans Hollein, Jasper Morrison, Dieter Rams, Jan Roth, Mario Botta, Arata Isozaki ,Shoji Hayashi, Hans Ulrich Bitsch, Peter Eisenman, Peter Tucny ou Franco Berg ont répondu a l'appel pour donner une collection remarquable présentée en novembre 1986.

A la suite, pour répondre à une demande de nos partenaires architectes français, nous avons développé des prototypes pour Philippe Starck, Claude Vasconi, Erik Magnussen et d'autres.

Je vous communiquerais plus tard des images de ces créations si vous êtes intéressés...

En attendant, je vous expose ce que moi j'ai imaginé pour créer des poignées qui surprennent la paume de la main, intrigue le bout des doigts et rassurent le pouce au contact de leurs matières.

En effet si vous voyez que la porte vous donne la première impression visuel sur la pièce dans laquelle vous allez entrer, la poignée vous transmet une ou des sensations tactiles. Selon qu'elle sera ronde, anguleuse, lisse, composée  de matériaux différents, froids ou chauds, votre main vous transmettra  la sensualité ou la rudesse de votre hôte.

La main doit pouvoir trouver des points de sensation  tout en étant confortablement installée sur le manche de la poignée. On doit même risquer la pointe ou l'angle vif sur un endroit de faible effort (on est pas là pour se faire mal quand même!) pour provoquer la curiosité.

J'ai retrouvé et manipulé les quelques documents ci dessous. J'avais eu envie de dessiner des poignées selon mes fantasmes, ma culture; si etriquée soit elle. J'ai constitué ce dossier et l'ai présenté à mon patron de l'époque. Il m'a fait répondre que mon manque de notoriété était un obstacle à la prise en compte de cette collection. Seul le nom du créateur devait permettre un développement des créations en produits industriels. C'est plus compliqué que cela car aucun des projets commis par un créateur à forte notoriété n'a vu le jour en tant que produit de série.

 

Poignée A


Poignée B

 Ces poignées en matière dure et froide comme le métal devait être gainées à l'endroit du pouce d'un filet à mailles plus ou moins serrées pour créer une sensation de matière différente et surprenante. C'est un peu la dentelle sur un doigt ganté.

 


 

DFG-Poignée SOFT                              
                           DFG-Poignée Octet  

 

DFG-Poignée High-Tech                    Poignée D         DFG-Poignée variante 2La matière incrustée au droit du pouce est une mousse de grande densité.

Claude Vasconi avait exprimé le désir de participer à cette reflexion et comme il était un de nos prescripteurs pour les matériels les plus conventionnels dans l'univers de l'architecture tertiaire. Vasconi s'était fait une spécialité des palais des congrès que de nombreuses grandes villes se dotaient à l'époque.

Poignée Vasconi 1

Poignée Vasconi 2

 Ces deux modèles ont été réalisés en version prototype par F.S.B. au début des années 1990 et je n'ai pas pu voir leur commercialisation effective. Mes pas me menèrent en d'autres endroits toujours liés à la porte, la serrure, le contrôle d'accès.

Je vous proposerai bientôt l'ensemble des documents photographiques liés à l'étude principale de 1985. La première exposition en avait été organisée à l'occasion de Batimat 87; au moment même où j'exposais moi même au Grand Palais à Paris pour le SAD.

Dès que la numérisation est terminée je vous les propose.