IMAG in Metal

La pirogue à balancier

Pirogue en projet

Je me lance, c'est décidé...

Je cherchais un voilier, un vrai, qui soit facile à transporter sur le toit d'une voiture, qui présente une belle stabilité de forme avec des performances honorables. La coque principale de 4,50 m pour une largeur assez importante de 0,70 m devrait peser un maximum de  40 kg. Le flotteur du balancier pour 4 m de long et 0,25 de large devra peser un maximum de 15 kg. Le poids en ordre de marche devra être de 85 kg et une charge utile de 150 kg pour l'équipage et ses provisions de bouche pour le goûter!

Deux  mâts non haubannés porteront des voiles de planche déshabillées de leur wichboms, l'un d'eux sera remplacé par une bôme plus légère et plus facile à gréer de 2 poulies d'écoute. J'ai à ma disposition un jeu de 4 voiles de 3 à 6,5 m² qui me permettra de choisir la surface propulsive en fonction du temps.

La pirogue est aussi un bateau manoeuvrable à la pagaie pour se balader sur l'eau par calme plat ou en rase cailloux.

La construction est prévue selon la méthode du cousu-collé avec pour les balanciers un laméllé-collé qui permettra une souplesse importante et une reprise éventuelle (épaississements ponctuels) en cas de souplesse excessive.

J'ai tracé les coques, vérifié le développé des bordés et du fond pour n'utiliser que 3 feuilles de contreplaqué de 2500 X 1220 X 4 mm. Le gouvernail sera installé sur le tableau arrière et la dérive sur le banc de rappel si elle est vraiment nécessaire pour remonter au vent. La coque est assez profonde pour constituer un plan anti-dérive suffisant...peut-être...!

Sur le croquis la voile d'avant fait 5m² et la grand voile 6,5 m², soit 11,5m² au total. Je peux encore augmenter de 0,50m² le total, intervertir les voiles sur les mâts avant et central pour modifier les équilibres. J'ai un système modulaire de puissances qui me permettra de pratiquer selon mes états d'âme et mes objectifs. La pêche au maquereaux, l'exploration des iles en face, la balade en famille ou la virée sportive. Peut-être!

Bon quand je dis en famille c'est à 2 adultes et plus facilement 1 adulte et 1 enfant. Ce type d'embarcation est forcément très stable jusqu'au point de rupture de l'équilibre notamment avec le flotteur au vent et vent frais. Le tout est de rester raisonnable sur les conditions atmosphériques et de faire des essais de relevage après retournement...par beau temps au début et mer chaude! Quand même.

Au fur et mesure des travaux je réaliserai un petit reportage photo pour garder une trace de cette aventure artisanale.

Je vous invite à visiter le site http://www.bateaubois.com qui est un forum de passionnés toujours prets à communiquer leur savoirs, trucs et astuces.

 

 

 

Posté par IMAG in Metal à 15:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 février 2017

Le kayak revêt son habit de lumière.

C'est parti, après avoir garni les extrémités du kayak avec de la mousse de polyesther j'ai fait l'emplète d'un coupon d'étoffe de 1,50 ml de large par 6 de long. Je l'ai pris de polyesther car ce polymère accroche bien la peinture et je craignais que le coton ne moisisse trop vite coté intérieur. Ce coté n'est pas peint car le tissus est plus doux au toucher que la peinture alkyd uréthane! Surtout qu'il m'aurait fallu peindre aussi l'ossature et adieu ma finition bois naturel pour un intérieur cosy...

Ma toile de polyesther pèse 300 gr au mètre carré et me paraît bien mince pour aller traîner le long des cailloux de Bretagne et d'ailleurs. J'ai payé ça 10 € le m² et du coup mon budget fait un bon à 200 € pour l'ensemble. Plus 25 € pour la peinture de la carenne, achetée à Noirmoutier, et toc! C'est là que j'essaierais le kayak en mer pour la première fois. Le dessus de la coque sera peint avec une peinture plus économique.

Avant tout, si vous vous lancez dans ce genre de projet, prenez des cotes! Mon tissus n'était pas assez large,150 cm pour un périmètre de 155 

cm au droit des genoux. C'est pas grave mais j'ai dû fabriquer une pièce de tissus en forme de triangle pour boucher le trou. Prévoir prévoir...

158 P9305392      142 Etrave couture 3         L

Le tissus étalé sur la carlingue est centré et bloqué par des coutures provisoires aux extrémités.

139     156 Hiloire FinitionLe triangle de mon étourderie.

Une corde tendue entre l' hiloire et l'étrave et l'hiloire et la poupe. Cette corde me permet d'avoir un repère de couture et un raidiceur dans des zones sans structure d'appui en bois.

 

125 PB145528    129 Hiloire Finition 2   .

L'hiloire est constitué d'un cercle composé d'un cercle de bois cintré et d'un plat PVC cousus entre eux par deux lignes de trous de 5 mm espacés de 25 mm à 5 mm des bords. 

Ces trous me permettent de coudre le tissus de l'enveloppe et la finition destinée à masquer les coupes et coutures, tendre et reprendre les fronces et plis résiduels du pont. Ils me permettent également de coudre la corde qui permet le retour de serrage de la jupe du pagayeur.

 

  120 P9175288   130 P2195740

On aperçoit le compas de route et de relevé fixé à l'avant du "cockpit", le siège mobile avec son dossier.

La structure est constituée de longerons (quille, plat-bords, serres de bouchain) reliés par des traverses cintrées en PVC (au lieu de frène).

Un plancher cousu sur les couples permet de se poser sur un fond solide et confortable.

170 P2195741  L'étrave est équipé d'un oeillet en cuivre serti dans le massif de bois et pinçant la toile. 

C'est un endroit qu'il faudra surveiller car sujet à infiltration, même après peinture (enduction). Cet oeillet est destiné à recevoir le bout de remorquage indispensable au statut D240 des 6 milles d'un abris.

 

 

Posté par IMAG in Metal à 23:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2016

Il avance le kayak...

Depuis avril nous avons bien avancé mon kayak et moi. 

Après avoir tenté de construire une étuve pour cintrer les couples que je prévoyais de réaliser en frène j'ai finalement fait plus simple ... J'ai transformé le frène en PVC! C'est un peu plus mou que le bois mais ça se travaille tranquillement et sans étuve.

IMG_26032016_135505_HDR

P5234658

 

Une fois la carcasse finie j'ai installé le plancher du "cokpit" constitué de petites lattes de sapin ligaturées côte à côte sur les couples en PVC. Les lattes courent de la position des pieds jusqu'à 1 ml derrière le dossier du trou d'homme. Il sera possible ainsi d'entreposer là quelques sacs de provisions ou accessoires. 

P5284669

 

Je réalise l'hiloire du trou d'homme en mixant un plat PVC et une latte de sapin que je cintre à froid. Les deux couronnes sont cousues ensembles sur toute leur circonférence. Avant l'entoilage je mets en place quelques blocs de polystyrène (environ 6 litres à l'avant et à l'arrière. 

P9295382

P9295378

 

J'installe aussi un siège sur le plancher du trou d'homme. Ce siège est doté d'un dossier qui augmente sensiblement la surface de contact entre le dos du nageur et la traverse du maître bau. L'assise est prévue réglable pour un confort optimum. A voir à l'usage...

P9175288

 

En matière de traitement, j'ai utilisé des bois de charpente (pour les longueurs) qui sont traités anti-fongique, et des bois simplement étuvés pour les traverses et pièces courtes.  Je les ai tous badigeonnés d'un mélange d'huile de lin et essence de thérébentine. Le siège est peint pour l'assise et vernis pour le dossier afin d'avoir des surfaces stables. Le bois craint l'humidité mais pas l'eau et encore moins le sel.

Maintenant je termine avec la couture de la peau sur cette ossature, et là c'est un travail que je ne maîtrise pas du tout!... Il va falloir réfléchir profondément au sujet avant de saboter 9m² de toile polyester.

P9305392

 

Je reviens vous raconter ça bientôt...

Posté par IMAG in Metal à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2016

Le kayak de peau sur une ossature bois

Bonjour, je m'y recolle ce soir. Un peu plus de deux ans après mon dernier message! 

En fait je n'ai pas commencé ma pirogue qui reste un projet quand même.

Aujourd'hui je me suis lancé dans la construction d'un kayak sur le modèle esquimau. J'ai choisi les dimensions en fonction de mes mensurations; je mesure 1,80 m et la coque aura 5,40 m de long (3 fois ma taille). J'ai mesuré la longeur de mes jambes pour trouver la position d'un bareau appui pieds, 1.20 m de la plante des pieds au dos en position assise. La largeur est basée sur ma largeur de hanche additionnée de mes poings sérrés. La profondeur est la hauteur du poing fermé avec le pouce levé.  Cette méthode de cotation est donné dans un site Internet dont le lien est http://www.geocities.ws/dnaryam/index-2.html  et qui parle de ce sujet.

La première grosse difficulté rencontré a été de trouver du frene en petite épaisseur à des prix corrects. Ce bois devait me permettre de confectionner les couples, ou côtes du squelette, en cintrant assez sévèrement ces plats de bois après étuvage. J'ai essayé avec d'autres essences plus abordables sur le plan prix mais qui sont cassantes et trop fragiles. L'idée m'ai venue de prendre un plat de PVC de 30 mm x 3 mm d'épaisseur.  Ce matériaux s'apparente aux fanons de baleine et se cintre très facilement. Il répond bien à la philosophie du projet. J'ai modernisé par ailleurs certaines techniques que les Inuits ne me reprocheraient sans doute pas.

     J'ai rallongé par collage certaines longueurs de bois trop courte dans le commerce courant.

     J'ai percé avec une machine électrique.

     J'ai fait l'arceau de passage des genous en bois contrecollé.

     Je réalise les ligatures avec du fil de polypropilène. J'espèrais trouver du polyester, sans succès. J'ai aussi essayé le lin mais je le crois trop fragile.

L'autre surprise a été de devoir compenser les différences de souplesse des sections composant les longueurs. J'espère que la charpente terminée aura sufisamment de gueule pour mériter l'entoilement. On verra bien. Pour le moment j'en suis à moins de 50€ de matériels (bois, colle et ficelle), et le tissus vaut à peut près 15€ le mètre en largeur de 1,5 m, ce qui nous amènerait à dépenser encore une centaine d'euro avec le fil de couture. Je vous propose quelque photos du chantier.

IMG_16022016_194753

P2204519

Pont arrière

IMG_15032016_185830_HDR

 

 

Posté par IMAG in Metal à 22:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2013

L'aventure industrielle

Dans cet espace je souhaite exposer les résultats de mes travaux en matière de développement industriel ou de solutions industrielles.

L' Aluminium

      J'ai accepté au début de ma carrière professionnelle un emploi de commercial dans une entreprise qui concevait, façonnait et transformait des demi produits métallurgiques en aluminium pour le bâtiment, l'automobile et l'électroménager. Tous les produits finis qui sortaient de nos ateliers avaient une éventuelle finalité constructive mais toujours décorative. Les installations de traitements de surface représentaient des investissements importants et novateurs.

      Au delà des capacités de façonnage et d'usinage; enlèvement de matière, pliage, profilage ou estampage, les finitions constituaient le point fort de l'entreprise; polisage, anodisation, colorations, application de peintures poudres (polyester, epoxy...) ou liquides (PVDF ou polyuréthane). Vers la fin de cette aventure technologique la société avait investi dans une installation de "Sputtering". Cette technique d'application de molécules métalliques sur des objets en matières plastiques reléguait la galvanoplastie au rang des ancètres. L'intérêt était d'appliquer sur les surfaces des alliages métalliques de toutes sortes au lieu de métaux purs. Le champ des possibles s'élargissait.

      Dans cette entreprise qui intégrait déjà des anciens de Boulle dans ses effectifs technico-commercial je me suis vu confier le démarchage de la clientèle sur Paris du bâtiment. Architectes et décorateurs, entreprises grosses et petites, bureaux d'études étaient à la fête avec le marché du Moyen-Orient. J'ai eu l'occasion de participer à la réalisation de projets très ambitieux et très intéressants sur le plan créatif. Je ne suis pas sûr d'avoir toujours demandé le prix le plus rémunérateur. C'est un peu tard maintenant! Mais sans regret.

Pour les Ministères de l'Intérieur de Jeddah et Taïf en Arabie Saoudite j'ai proposé l'utilisation d'une technique proche de l'eau forte pour réaliser des habillages de portes monumentales ( La première faisait 4 ml de haut par 3,2 ml de large et la deuxième 5 ml par 4 ml ). Sur ces habillages réalisés avec des planches d'aluminium polies anodisées apparaissaient des motifs d'inspiration arabe dans une finition plus mate réalisée par gravure chimique de la surface réservée par un film résistant à l'attaque de la soude. Pour travailler l'aluminium on utlise la soude et pour le cuivre l'acide nitrique. J'ai été le premier à utiliser cette technique sur des dimensions aussi grandes.

Le projet qui fut pour moi le marché du siècle est la fourniture de toutes les cloisons des trois terminaux de l'Aéroport International de Bagdad. Ajoutez à cela l'ensemble des tôleries d'habillage et le vol d'un camion (qu'il a fallut refaire...) j'avais explosé mon chiffre d'affaire. Mon directeur commercial de l'époque avait exigé que je remonte mon offre de prix de 1 % alors qu'à l'époque l'outil informatique n'était pas aussi agile qu'aujourd'hui. Et ce quelques jours avant la remise des offres.

Quand on a eu le marché, nous avons invité le responsable chantier du contractant général à visiter l'usine pour mieux évaluer nos capacités de production et nous l'avons emmené déjeûner dans un restaurant pour routiers...Très sympathique mais un peu bruyant pour discuter technique, timming finances etc... Et pour finir mon directeur commercial déclare au client qu'on était en train de se "casser la figure"...Intéressant non?

J'ai retrouvé des images du S.I.A. qui a dû imploser pendant la guerre du Golfe en 1991 et la dernière contre Saddam Hussein. Le B.I.A. avait d'ailleurs été rebaptisé le S.I.A. pour Saddam International Airport. Et le nom a dû être revu après la chute de Saddam Hussein.

SIA 1

En attendant ce fut le déclic pour envisager un nouveau marché : "Le prêt à monter pour les entreprises". La société avait une collection de "savoir-faire" qui étaient vendus au détail aux demandeurs habituels. Je décidai d'en réunir plusieurs avec la fourniture de matière pour augmenter le panier moyen du client. J'ouvrais un service nouveau sous le regard dubitatif de ma Direction en prospectant particulièrement le monde du mobilier urbain, de la collectivité locale et du publiciste en intégrant la conception des produits finis prêts à poser. Avec ce service je vendais un kilogramme d'aluminium avec trois ou quatre "savoir faire"  au lieu d'un.

 

 

Après le B.I.A. j'ai pu créer avec mon ami de promo à Boulle , Max Benita, un système de stand pour France Télécom. Au début de l'étude on partait sur un projet de quelques petites installations dans les agences du client et on a fini par le salon des télécoms à Hambourg avec un stand de 500 m². Le plus drôle est que nous avons dû répondre à un appel d'offre. Appel d'offre que nous avons gagné haut la main et qui n'avait pas du tout été intégré par ma Direction. Celle ci repoussait régulièrement la réalisation du stand dont la date de livraison était évidemment incompréssible. J'avais dû faire intervenir le Direction de France Télécom pour que la prise de conscience de la mienne puisse se faire. Nous avons donc lancé la fabrication en plein mois de mai avec la gestion en prime des jours fériés et ponts mitoyens. 

DFG-16012012_00011

Le principe constructif était un profil d'aluminium extrudé de section ronde intégrant toutes les suggestions de montage par vissage. On a réalisé avec ce demi produit, en version droite ou cintrée, des cloisons, des meubles; vitrines, socles, armoires, bars, etc.

DFG-16012012_00010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans cet esprit j'ai développé des collections de mobiliers urbains pour un imprimeur de Narbonne qui voulait se mettre en concurrence avec Jean-Claude Decaux, pour un maire de Normandie ou un publiciste. La peur s'est emparée de ma Direction qui a craint la réaction de JC Decaux, donneur d'ordre pour des marchés de sous-traitance industrielle.

Copie de DFG-16012012_00002

Cet abri est conçu à partir du triangle équilatéral assemblé sur un module de poteau hexagonal qui sert de descente d'eaux pluviales. Le petit module permet de réduire les coûts pour des performances techniques moins ambitieuses mais plus à la portée des petites communes.

Le panneau d'affichage est standard et entre dans toute la gamme des projets personnalisés.

 

 

 

 

Abri Narbonne 2

  Cet abri, destiné à mon imprimeur de Narbonne était fabriqué à partir d'un système constructif en aluminium destiné au marché de la façade d'immeuble et de la cloison modulaire.

  Quelques pièces d'assemblage spécifiques ont été dessinées pour réaliser ce projet. J'avais fait installer ce prototype sur la pelouse de l'entreprise en façade du parking de la Direction. J'ai juste le temps de faire quelques photos avant que cette même Direction ne me le fasse démonter pour le cacher à la vue de J.C. Decaux pour qui nous travaillions en sous-traitance. C'est pas toujours facile de s'assumer...

 

 

     Après ces développements, comme la Direction avait en projet de vendre l'entreprise par petits morceaux, mon nouveau service a été fermé après qu'on m'ai fait dire que je reverrai mes prévisions d'activité à la baisse. Cela n'était pas dans mes objectifs qui étaient optimistes mais j'étais naïf et n'ai point vu le coup venir. Je me suis fait virer 

 

Après mon licenciement, en 1985, j'ai créé mon cabinet de design et à cette occasion j'ai conçu une toiture en métallo-textile (très en vogue aujourd'hui) pour couvrir une ossature bois et réaliser un club house de golf en région midi-pyrennées.

1000 m² d'un seul tenant

L'ossature était utilisée pour créer une gamme de mobiliers urbains; abris bus, panneaux d'affichage, édicules divers, kiosques...

J'en ai retravaillé la toiture rigide et modulaire et développer d'autres branches de la gamme, tel que le tri sélectif, la corbeille de propreté, ou le bac à fleurs en béton lavé.

C'est à cette époque que j'ai commencé à proposer des conteneurs de tri sélectif ( Papiers, verres et métaux...) C'était dans l'air déjà à l'époque (1986) et j'ai pu être sélectionné pour exposer au Salon des Artistes Décorateurs installé en 1987 au Grand Palais de Paris. Je ne suis pas sûr que sans la présence à la présidence de ce SAD de M. Max Garnault (un de mes profs à Boulle et Olivier de Serres) j'aurais été admis à montrer des projets très peu tendance ni très intellectuels. 

Mon gros problème à la fin de l'année 1985 est que mon client principal qui avait eu la mauvaise idée de m'intégrer dans son équipe et moi d'accepter a fini par faire faillite en me cassant net l'élan entreprenarial qui m'avait animé un temps.

Il me fallut donc chercher d'autres revenus très rapidement pour payer la maison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La serrure,

C'est l'univers dans lequel je fis mon entrée en 1986 en intégrant l'équipe commerciale d'un fabricant allemand qui développait sa présence en France. J'ai été recruté sur un quiproquo mais j'y suis resté 6 ans pour y avoir trouvé une activité créative un peu différente de ce que j'avais connu dans l'aluminium et le mobilier urbain, mais assez riche en relations diverses. Les architectes de renoms, l'implication directe dans l'élaboration des dispositifs de contrôle d'accès, une technologie que je ne connaissais pas du tout. J'y ai défendu les fameuses poignées de porte sur toutes sortes de chantiers, privés et publics, j'ai participé au développement du design des produits ( Poignées Mendini alliant inox et aluminium pour l'hôtel Y At de Roissy, Vasconi etc...).

Quittant les allemands pour cause de désaccord intellectuel j'ai intégré un industriel israelien spécialiste de la serrure également mais plus orienté vers le marché de détail. Le projet avait du charme sur le marché français des distributeurs régionaux et des serruriers de ville qui constituent une population très attachante mais difficile à suivre. De plus j'étais assez peu doué en anglais et ce fut un handicape sévère finalement. 

Aussi j'ai intégré l'équipe cette fois d'un fabricant français bien connu pour ses produits vieillots mais chers. Comme je ne trouvais pas ma place dans ce grand bazard on m'a chargé d'étudier un nouveau système de contrôle d'accès de proximité initié par La Poste; je veux parler du système VIGIK, contrôle d'accès à code évolutif permettant l'entrée aux personnels des services aux habitants d'immeubles collectifs selon des jours, heures et périodes concertées. J'avais mis au point un lecteur de badge pour le compte de l'industriel, ce lecteur a été validé par le laboratoire d'essai  de La Poste dont le cahier des charges comprenait des impératifs de résistance aux agressions de toutes sortes et des exigences de capacité de lecture du badge à une distance relativement grande ( Le facteur est un travailleur pressé à notre époque par les impératifs économiques.) L'électronique était développée par différents acteurs spécialisés et notre partenaire avait développé un matériel assez complet et pratique.

J'ai donc proposé ce modèle

DFG-Lecteur VIGIK2

Une dalle de polycarbonate pour le transparent ou acrylique

pour les aspects colorés façon pierre (Granit bleu, rouge ou pierre)

L'encadrement en inox renforçait le tout contre les agressions et 

n'empêchait pas le dialogue entre carte et lecteur.

 

A la suite de ça un des fabricant retenu à eu la bonne idée d'intégrer le lecteur dans le percement des plaques de portier réservé au cylindre à clé réservé au facteur. Toute la donne en a été modifiée et mon cas a été simplifié par le renvoi à l'ANPE de l'époque. (à suivre)

 

 

Posté par IMAG in Metal à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27 novembre 2013

Dessiner des poignées de porte !(reprise du discours...)

A cette époque je travaillais dans une entreprise allemande spécialisée dans la quincaillerie architecturale et le patron de la partie poignées de porte a fait bouger les limites de la réflexion de la profession en matière de création de produit.

Il a misé aussi sur la médiatisation de son programme pour assurer à l'entreprise une reconnaissance quasi unanime de ses partenaires. Il a invité certains tenors de la décoration, du design et de l'architecture à repenser le dessin, la fabrication et l'ergonomie de la poignée de porte.

Des créateurs comme Alessandro Mendini, Hans Hollein, Jasper Morrison, Dieter Rams, Jan Roth, Mario Botta, Arata Isozaki ,Shoji Hayashi, Hans Ulrich Bitsch, Peter Eisenman, Peter Tucny ou Franco Berg ont répondu a l'appel pour donner une collection remarquable présentée en novembre 1986.

A la suite, pour répondre à une demande de nos partenaires architectes français, nous avons développé des prototypes pour Philippe Starck, Claude Vasconi, Erik Magnussen et d'autres.

Je vous communiquerais plus tard des images de ces créations si vous êtes intéressés...

En attendant, je vous expose ce que moi j'ai imaginé pour créer des poignées qui surprennent la paume de la main, intrigue le bout des doigts et rassurent le pouce au contact de leurs matières.

En effet si vous voyez que la porte vous donne la première impression visuel sur la pièce dans laquelle vous allez entrer, la poignée vous transmet une ou des sensations tactiles. Selon qu'elle sera ronde, anguleuse, lisse, composée  de matériaux différents, froids ou chauds, votre main vous transmettra  la sensualité ou la rudesse de votre hôte.

La main doit pouvoir trouver des points de sensation  tout en étant confortablement installée sur le manche de la poignée. On doit même risquer la pointe ou l'angle vif sur un endroit de faible effort (on est pas là pour se faire mal quand même!) pour provoquer la curiosité.

J'ai retrouvé et manipulé les quelques documents ci dessous. J'avais eu envie de dessiner des poignées selon mes fantasmes, ma culture; si etriquée soit elle. J'ai constitué ce dossier et l'ai présenté à mon patron de l'époque. Il m'a fait répondre que mon manque de notoriété était un obstacle à la prise en compte de cette collection. Seul le nom du créateur devait permettre un développement des créations en produits industriels. C'est plus compliqué que cela car aucun des projets commis par un créateur à forte notoriété n'a vu le jour en tant que produit de série.

 

Poignée A


Poignée B

 Ces poignées en matière dure et froide comme le métal devait être gainées à l'endroit du pouce d'un filet à mailles plus ou moins serrées pour créer une sensation de matière différente et surprenante. C'est un peu la dentelle sur un doigt ganté.

 


 

DFG-Poignée SOFT                              
                           DFG-Poignée Octet  

 

DFG-Poignée High-Tech                    Poignée D         DFG-Poignée variante 2La matière incrustée au droit du pouce est une mousse de grande densité.

Claude Vasconi avait exprimé le désir de participer à cette reflexion et comme il était un de nos prescripteurs pour les matériels les plus conventionnels dans l'univers de l'architecture tertiaire. Vasconi s'était fait une spécialité des palais des congrès que de nombreuses grandes villes se dotaient à l'époque.

Poignée Vasconi 1

Poignée Vasconi 2

 Ces deux modèles ont été réalisés en version prototype par F.S.B. au début des années 1990 et je n'ai pas pu voir leur commercialisation effective. Mes pas me menèrent en d'autres endroits toujours liés à la porte, la serrure, le contrôle d'accès.

Je vous proposerai bientôt l'ensemble des documents photographiques liés à l'étude principale de 1985. La première exposition en avait été organisée à l'occasion de Batimat 87; au moment même où j'exposais moi même au Grand Palais à Paris pour le SAD.

Dès que la numérisation est terminée je vous les propose.

 

 

 

 

 

 

Posté par IMAG in Metal à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2013

Construction métallique

DSC09928Cette page est réservée à ma dernière activité qui consistait à concevoir des portes industrielles pour des entreprises de la région parisienne. Je me suis toujours attaché à réaliser le meilleur produit possible en regard du prix que le client voulait mettre dans son investissement. Le portail de cet atelier est en fait une porte sectionnale à guillotine qui monte en haut de l'ébrasement pour permettre le passage d'un poids lourd de 4,60 ml de hauteur. Le rideau métallique voisin était la seule solution possible pour assurer le chargement des planches de l'atelier de sciage situé derrière.

ABS 8X6 PERSP Cette porte est la plus grande qui m'ai été offert de réaliser. Depuis j'ai installé la deuxième (la même) à coté. Derrière ces portes se rangeaient des moissonneuses batteuses de 8ml de largeur par 6ml de hauteur dans un centre de formation d'un constructeur de machines agricoles bien connu à Chartres. J'ai admiré la dextérité de nos installateurs pour assembler en l'air les pièces d'acier et d'aluminium qui les composent.

J'ai l'occasion avec ce métier de rencontrer des gens de toutes de sortes; depuis le "patron" d'usine jusqu'au fermier du fin fond de la Beauce en passant par les bureaux d'étude et les architectes qui oeuvrent pour les marchés publics ou les multinationnales. J'ai rencontré des tricheurs et des menteurs mais des gens corrects aussi. J'ai eu des partenaires et des amis. Je suis toujours allé jusqu'au bout de mes engagements même quand j'ai laissé passer une erreur. Finalement je crois que je me suis bien amusé à faire ce métier. 

Posté par IMAG in Metal à 01:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 octobre 2013

Suspendre un objet, une composition florale ....

On cherche toujours à limiter au maximum le nombre de trous à faire dans un mur pour y accrocher quelque chose. Je vous propose ce petit montage qui peut même s'agripper à une cimaise. Dans ce cas vous n'auriez même pas de trou à faire. Le bipode suspendu à son câble s'appuie au mur quand il est sous pression de la masse de l'objet et le tient écarté du mur.P7201545

 

 

P7201549 La distance au mur est toujours réglable avec la longueur des jambes d'appui que l'on peut couper, changer.

Je vous proposerais bientôt plusieurs harmonies de couleurs et de matériaux. La gamme peut être très riche et répondre à toutes sortes de projets décoratifs et architecturaux.

 

 

Posté par IMAG in Metal à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 avril 2013

Salle de bain

Je n'ai pas fait grand chose ces derniers temps car mon temps est consacré à la remise en ordre des salles de bain de la maison. Je vous soumets la première terminée et si cela ne vous plait pas je ne retouche rien. La suivante est en cours mais je suis incapable de vous donner une date de livraison.

Alors en attendant :

Copie de P2240268

Vasque en composite de résine et charge minérale, meuble à deux tiroirs, miroir suspendu devant le mur carrelé et supportant un luminaire d'éclairage frontal. Etagères réalisées en carrelage de même modèle que le sol.

Copie de P2240269

Baignoire en tôle émaillée repeinte à la résine epoxy vernis polyester. Carrelage mural bordé par un profil PVC de finition (uniquement sur les verticales).

Façade de baignoire de même finition, démontable en deux parties. Pendulette électrique à la gloire du chocolat!....

Cette salle de bain est dédiée aux enfants et petits enfants, la suivante sera équipée d'un receveur de douche à la place de la baignoire.

 

 

 


                 

 

Posté par IMAG in Metal à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 février 2013

CUBA

Bonjour,

Connaissez vous www.cubacoop.org ?

C'est une association dont le propos est de mieux faire connaître Cuba et lutter contre le blocus que l'administration américaine impose à ce petit pays voisin.

Il ne faut pas se tromper, une grande partie des difficultés du peuple cubain vient de ce blocus qui est encore entretenu par les américains du nord et respecté par les états et les entreprises dépendantes du marché international.


Alors je vous communique le lien qui vous permettra de garder le contact avec une association de citoyens d'horizons divers qui se mobilisent pour la liberté d'un vaillant petit peuple.

 
A bientôt peut-être!

 

 

 

Posté par IMAG in Metal à 01:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,